Connaître le CHU

Le projet image hôpital

Il s'agit d'un projet intergénérationnel d’éducation à l’image qui se déroule en plusieurs étapes sur le Chu de Rouen et 6 établissements de santé de la région accueillant des personnes âgées.

 1. Contexte
 2. Objectifs
 3. Déroulement du projet
 4. Calendrier

1. Contexte


Dans un premier temps, afin de répondre aux objectifs de la convention régionale culture santé portant notamment sur la mise en place d’un projet fédérateur intégrant un nombre important d’établissements de santé, deux coordinations se sont réunies. Ce projet est donc le fruit d’une réflexion unifiant deux structures.

A l’initiative de ce projet nous retrouvons le CHU de Rouen d’une part, par le biais de son responsable culturel qui, outre des fonctions de mise en place de projet sur le site du CHU développe également une mission de coordination régionale, et d’autre part le Pôle Image Haute-Normandie avec cinéville, dispositif de démocratisation au cinéma et d’éducation à l’image.


Hôpital – établissements de santé

La population accueillie dans les maisons de retraite ressent souvent son arrivée comme un exil. Souffrant de solitude, passive face à une existence qui souvent s'est montrée peu généreuse, elle a un grand besoin d'intégration sociale.
Ces personnes âgées ou désabusées restent en grande majorité passives face à leur ennui. Très dépendantes, elles ne se tournent pas spontanément vers une nouvelle activité mais doivent être encouragées et accompagnées.

En Haute-Normandie, un nombre important d’établissements a développé ces dernières années des projets de jumelage dans le secteur des maisons de retraite.

Ces premières démarches artistiques se sont toutes appuyées sur un travail préalable de réactivation et de collectage de la mémoire des personnes âgées.

Pôle Image Haute-Normandie

Le Pôle Image Haute-Normandie, dans le cadre de ses missions d’éducation à l’image coordonne le dispositif Cinéville. Ce programme de démocratisation d’accès au cinéma a pour objectif de sensibiliser et d’initier à la lecture et à la pratique cinématographique. Les publics ciblés sont prioritairement les exclus culturels dont le milieu hospitalier et plus particulièrement les personnes agées.

Le projet

Ce projet a pour but d’offrir aux résidents une perspective d'avenir en  leur permettant d’imaginer, de créer, au sein de l'établissement, un espace commun de vie et d'échange.

Une démarche artistique telle que la pratique cinématographique pour des patients disposant d'un temps libre considérable doit leur permettre de s'évader de leur douleur, de la maladie, de l'âge, de l'enfermement et de l'inévitable relation de dépendance nouée avec le personnel soignant.

Il s'agit  de ménager à ces personnes un espace temps, pour penser à autre chose, pour laisser aller leur imagination et leur permettre de se projeter dans un avenir qui leur fait souvent défaut.

L'intégration d'une nouvelle activité au rythme de vie des résidents doit s'envisager de manière progressive sur le long terme et s’ouvrir sur le monde extérieur. En effet, les résidents passent sans doute un certain temps à observer avant d’être en mesure de s’ouvrir sur l'ailleurs, pour se projeter dans l'avenir.

Le projet décliné ci-dessous concerne 6 établissements de santé :

  •  Elbeuf
  • Louviers
  • Mont Saint Aignan
  • Oissel
  • Yvetot
  • Gisors

2. Objectifs

Créer du lien personnel - patients

Se rencontrer, s’appréhender

Le personnel des établissements attend beaucoup de l'implication d'acteurs professionnels extérieurs.

Le caractère novateur du projet qui rompt la routine sclérosante des résidents et du personnel renforce l'intérêt de leur implication.
En outre, l'action culturelle en maison de retraite permet aux différents acteurs de s'appréhender autrement. Ces temps de rencontres ne seront réservés qu’à eux .

Dépasser le quotidien médical

Ces moments d’échanges autour d’un même projet porté ensemble permettront de créer des liens entre personnel et résidents hors du contexte habituel pour tendre vers l’humain et dépasser l’aspect médical qui souvent fait l’objet de leur préoccupation prioritaire.

Obtenir une reconnaissance sociale valorisante

Cette activité créatrice est, en outre, une source de reconnaissance sociale  qui sera valorisée par des projections à l'extérieur comme à l'intérieur de l'établissement. Elle permettra aussi peut-être de donner un but et donc un avenir à des gens qui en manquent terriblement.


Développer une démarche de proximité en faveur des liens entre générations

Ouvrir sur l’extérieur

L'ouverture de l'hôpital sur ces univers différents constitue la clé de ce projet.
Faire entrer l'art à l'hôpital, c'est lancer une passerelle entre l'institution et la vie de la cité. C'est aussi rétablir des liens avec les familles, faire se rencontrer les différentes générations.

Reconstruire des liens sociaux

Dans une société confrontée à la longévité et aux risques de rupture entre les âges, l’intergénération est devenu un nouveau défi.
Le projet décliné ci-dessous vise à développer le dynamisme individuel et à travailler à la reconstruction des liens sociaux. Les aînés en particulier y trouveront des opportunités de rencontre, de valorisation de leur savoir-faire et de leur rôle social dans la cité.

Collecter et transmettre la mémoire

Ce projet à pour objectif  de collecter et de transmettre les mémoires des personnes âgées aux générations montantes en vue d’une meilleure reconnaissance et intégration dans leur environnement social  grâce à un travail de re-création fait en commun avec des enseignants et leurs élèves .
Tous les projets locaux associeront systématiquement des partenaires issus du monde de l’éducation nationale, des services sociaux et culturels de la ville (salles de cinéma), établissements de santé.


Eduquer à l’image

Sensibiliser au cinéma, lire un film

Cet objectif, établi en fonction des publics avec les professionnels de terrain, se déclinera dans les lieux de santé en lien avec les écoles primaires.
Il s’articule autour de rencontres avec des professionnels du cinéma, de projections, de débats et d’un ou de plusieurs ateliers de réalisation (écriture du scénario, tournage, montage).

Initier à la pratique cinématographique

Le projet des lieux de santé de Haute-Normandie vise à initier des correspondances filmées sur le thème de l’école. Ce thème étant, bien entendu, une proposition de travail à valider par les responsables de services et sur lequel les patients et personnel pourront réagir.
Ainsi, après avoir visionné des films qui les éclaireront sur les objectifs et moyens de la lettre filmée en tant qu’outil d’expression audiovisuel, il s’agira de faire correspondre malades et soignants des maisons de retraite et enfants d’écoles.

3. Déroulement du projet


Comité de pilotage régional

Afin de préparer la plus juste réalisation de ce projet, se situer au plus près de la population concernée (personnel et patients), un comité de pilotage régional se réunira aux quatre étapes essentielles.

Ce comité de pilotage est constitué de :

Denis Lucas
Attaché culturel au CHU de Rouen, chargé de mission régional culture à l’Hôpital

Elvire Le Cossec
Chargée de mission cinéville au Pôle Image Haute-Normandie

Laurent Fouquet
Conseiller cinéma DRAC Haute-Normandie

Chantal Saulnier
Chargée de l’action culturelle à l’Inspection Académique de la Seine-Maritime

Jean Maenes
Chargé de l’action culturelle à l’Inspection Académique de l’Eure

Responsables culturels des  6 établissements concernés.
Chefs de services concernés.

Dès que possible, intègreront ce comité de pilotage :

- correspondants d’écoles
- intervenants professionnels concernés


L’objectif de ce comité de pilotage est d’établir des bilans d’étapes et de réévaluer les objectifs. Ce projet étant, d’une part, novateur, d’autre part, objet de convergence entre des publics, que l’on nommera partenaires actifs, qui n’ont pas l’habitude de se rencontrer.

Considérant que le projet se déroulera de mars 2006 à septembre 2007, ce comité de pilotage se réunira 5 fois pour :

- l’élaboration du projet (avant et après sensibilisation du personnel),
- suivi après intervention du médiateur,
- l’étape de réalisation,
- le bilan et les perspectives après projections et conférence.

Formation

Il s’agit de permettre aux uns et aux autres (animateurs, directeurs de structures, réalisateurs professionnels) d’appréhender le cinéma comme un outil et de dépasser ses compétences d’accompagnant, de soignant, ou de professionnel du cinéma. Ainsi, le cinéma devient outil d’expression, de dépassement, de socialisation.

Les temps de rencontre se font autour de :

- la lecture cinématographique : permettre aux spectateurs d’appréhender le film au delà de l’anecdotique et de la consommation : lire un film.

- la pratique : afin de déterminer les places de chacun dans le cadre des ateliers de pratique, les responsabilités de chacun et de donner des outils de préparation aux partenaires actifs avant l’arrivée du professionnel du cinéma :

- comment aborder le scénario quand on n’est pas scénariste,
- comment approcher le jeu d’acteur, etc…

Ceci dans une optique de cohésion de groupes (la richesse de ces moments privilégiés dépasse la rencontre cinématographique) et de préparation (préparation à la réalisation). Le résultat du film réalisé s’en ressent bien sûr, et la satisfaction des participants également.


Préparation

Rencontres partenaires actifs et participants

Ces partenaires actifs sont : personnel soignant, personnel enseignant, intervenants professionnels du cinéma, autour d’un médiateur.
Ces premières rencontres ont pour objectif de permettre aux uns et aux autres de se rencontrer, humainement, de se familiariser avec leur langage, et de réveiller la mémoire.

Il s’agira de 3 rencontres par établissement avec un médiateur qui aura pour objectif premier de permettre aux participants de libérer la parole. L’outil cinéma étant à cette occasion naturellement utilisé.

Ainsi trois demi- journées de rencontre : projection (films soutenus par le Pôle Image Haute-Normandie) déjeuner, échange, par exemple, ou rencontre autour de thèmes prédéfinis par l’intervenant extérieur, pourront se dérouler dans le courant du dernier trimestre 2006.

C’est aussi à ce niveau-là que le comité de pilotage régional intervient, dans la mesure où les contraintes établissements peuvent évoluer (emploi du temps, capacité de concentration des patients…).

Ensuite, progressivement, les intervenants professionnels du cinéma iront à la rencontre des ces groupes constitués.

Le rôle du médiateur est d’unifier les groupes, de préparer les rencontres à venir grâce à l’outil cinéma.
Le médiateur intervient aussi dans le but de préparer l’écriture par la prise de parole et par le collectage de la mémoire.

Moment d’appropriation du thème proposé qu’est l’école, moment d’identification des sujets sous-jacents possibles et exploitables, ces rencontres avec le médiateur offriront à l’ensemble des partenaires actifs et participants de s’impliquer entièrement dans le projet.

Au fur et à mesure des rencontres, les groupes se constitueront, se consolideront, dans chaque établissement, et le médiateur fera le lien avec les intervenants réalisateurs professionnels, fera son « rapport » de façon à passer le relais dans les meilleures conditions.

Intervention préparatoire dans les classes

Un couple : résident et accompagnant soignant ira rencontrer les élèves afin de leur présenter le projet.
Cette première rencontre est indispensable afin de préparer un véritable échange, afin de permettre aux enfants d’identifier leur correspondant et de donner des moyens aux enseignants de préparer le projet.

rencontre enfants, participants, partenaires actifs sur la préparation concrète du projet

Une rencontre sera proposée aux enfants et participants de chaque site.
Le groupe identifié dans la maison de retraite et la classe d’enfants correspondants se réuniront autour d’un goûter, du médiateur, et des réalisateurs professionnels.
Chaque groupe ayant son propre encadrant il y aura les 2 réalisateurs à chaque rencontre.
Cette rencontre, moment de convivialité avant tout, se déroulera autour d’un goûter.
Le Pôle Image Haute-Normandie, grâce à ses services techniques, éducation à l’image et mémoire audiovisuelle, apportera à cette occasion un DVD avec quelques extraits de films (professionnels et amateurs) concernant le thème :
Images d’archives de Rouen et d’ailleurs, extraits tels que « Etre et avoir » de Philibert, « l’Esquive » de Kechiche, « les 400 coups » de Truffaut… pour exemple, selon les autorisations que le Pôle Image obtiendra.

Quelques exemples de lettres filmées seront également présentés à cette occasion, afin de découvrir ce moyen d’expression très simple qui permet d’approcher la forme cinématographique sans entrer dans la lourdeur professionnelle.

Cette rencontre permettra aussi aux uns et aux autres de se poser réellement face au thème et d’entamer une réflexion préparatoire aux séances d’écriture qui suivront.

 le projet

Conception réalisation

Les groupes (participants et enfants) réaliseront des lettres filmées autour du thème de l’école. Suite à cette première rencontre, le réalisateur prendra entièrement le relais avec chaque groupe constitué (1 réalisateur différent par couple école-établissement de santé), donc 18 réalisateurs différents si possibles.
Le personnel et les enseignants feront partie intégrante du projet afin notamment d’accompagner leur groupe dans les temps intermédiaires. Ces personnes ayant été formées au préalable (cf. paragraphe 3 - point formation), pourront transmettre, aider, accompagner, les groupes à écrire et à préparer le jeu d’acteur, si besoin.
Le réalisateur encadrant a pour objectif d’apporter ses compétences techniques cinématographiques, d’offrir aux participants la possibilité de s’exprimer sur l’école.

16 demies journées encadrées avec un réalisateur professionnel se dérouleront en maison de retraite. Selon les capacités d’accueil et de concentration des lieux et des personnes, les 16 séances pourront être re-découpées. Le calendrier sera établi dès les premières rencontres avec le comité de pilotage régional.

En réponse aux lettres filmées réalisées dans les maisons de retraite, les écoles, dans le cadre des classes à PAC (dispositif qui nous permet de faire intervenir un réalisateur sur 15h par classe), concevront leur correspondance.


Diffusion

L’ensemble des correspondances sera présenté dans chaque établissement réunissant : groupe de participants adultes et groupes d’enfants. De la même manière que pour la présentation du projet, la rencontre se fera en vidéo projection autour d’un goûter, avec les réalisateurs et le médiateur comme invités.
Ces temps de rencontre-projection seront proposés aux familles et aux équipes soignantes.


Echange avec un cinéaste

Ces lettres seront remises à Jacques Doillon, cinéaste.
C’est à partir de celles-ci qu’il proposera l’un de ses films.
Ces projections auront lieu dans chaque salle de cinéma de proximité. Elles se dérouleront autour du film choisi par le cinéaste ainsi que de quelques lettres filmées pré sélectionnées par lui-même en première partie.
A l’issue de la projection, un débat, un échange, sera proposé au public, autour du film du cinéaste et de son choix sur les lettres « sélectionnées ».
Ces projections se dérouleront probablement en juin 2007, ayant pour objectif de créer du lien social et intergénérationnel en dehors des établissements de santé.


Réflexion et évaluation autour du projet

Conférence

En septembre 2007, une journée de réflexion sera initiée autour du thème central : le développement d’un projet artistique et culturel dans une maison de retraite. Ce thème se déclinant autour de questionnements plus généraux : l’ouverture sur la cité, la prise en charge des personnes âgées, l’intergénérationnel, l’évolution de l’image aux travers des âges.

Ainsi une conférence sera organisée les locaux du CHU, ouverte à tous publics mais destinée essentiellement au personnel médical.

La conférence sera menée par un sociologue et cherchera à mettre en dialogue des artistes intervenants en milieu hospitalier, et des spécialistes de la gériatrie.
A cette occasion seront invités les réalisateurs et le médiateur impliqués dans le projet sur l’école, avec comme invité d’honneur Jacques Doillon.


Projection en plein air

Au terme de cette journée une projection en plein air sera proposée à tous, au CHU de Rouen.
Le soleil se couchant plus tôt, les projections peuvent commencer plus tôt.
Ainsi, une ou deux lettres filmées seront proposées en première partie, et un long-métrage sélectionné par le comité de pilotage régional ensuite.
L’objectif de cette projection est, outre l’aspect festif qu’elle représente, de continuer la réflexion sur le cinéma à travers les âges. Un film tel « Le Papillon » de Philippe Muyl (2002), avec Michel Serrault et Claire Bouanich pourrait être projeté.
bilan et perspectives

Au lendemain de cette projection en plein air, le comité de pilotage régional se réunira afin d’établir un bilan de ce projet inter-établissement, haut-normand, et ambitieux.
A l’issue de ce comité de pilotage régional seront également conclues les perspectives du projet.

4. Calendrier


Proposition pour un calendrier 2006-2007

  • Premier Comité de Pilotage Régional
    17 mars 2006 à 14h au Pôle Image Haute-Normandie
  • Rencontres sensibilisation au projet avec les lieux de santé
    avril à juin 2006
  • Deuxième comité de pilotage régional
    mercredi 28 juin à 14h au Pôle Image Haute-Normandie

Formation encadrants

  • une journée au Moulin d’Andé en septembre, date fixée lors du comité de pilotage régional
  • 3 interventions du médiateur (2h chacune)
    octobre - novembre
  • 1 intervention rencontre en classe (1h)
    fin novembre
  • 1 rencontre en milieu de santé avec les classes (2h)
    début décembre1 intervention avec réalisateur et médiateur (2h)
    fin janvier
  • 16 interventions réalisateurs en atelier (2h chacune)
    de février à mai 2007
  • 1 rencontre projection en milieu de santé
    mai 2007
  • 1 rencontre projection en salle de cinéma
    juin 2007
  • 1 conférence et séance en plein air
    vendredi septembre 2007